Bernard Trouillet : #HeyMétéoFrance

Photographie : Photokiff - Texte : Lucas Delattre
Bernard Trouillet - BATC

« Je n’aime pas les journées à stratus », dit Bernard Trouillet à propos de ces journées grises où un ciel bas flotte au-dessus de Senlis. Sur Twitter, @BernardT60 se présente comme « passionné de météorologie et administrateur au site @Infoclimat ». « Les fortes averses ne font que frôler #Senlis pour l’instant en arrosant bien #Chantilly et #Creil » (28 juin 2017). « Beau développement d’un cumulonimbus d’air froid ce soir à l’est de #Senlis » (29 juin 2017) …  Ses tweets, généralement illustrés de magnifiques photos du ciel, sont souvent accompagnés du mot-dièse #HeyMeteoFrance, qui fédère une vaste communauté de météorologues amateurs en France. Membre actif de ce réseau, Bernard Trouillet est trésorier de l’association Infoclimat, qui s’appuie sur des centaines d’observateurs bénévoles situés partout dans l’hexagone. Le site web Infoclimat est visité en moyenne par 15 000 internautes chaque jour. Lors d’épisodes météorologiques exceptionnels, comme pendant les canicules ou les grands froids, la fréquentation grimpe à plus de 200 000 visiteurs par jour.

C’est en 2009, quand il a pris sa retraite, que Bernard Trouillet a décidé de consacrer une bonne partie de son temps (au moins deux heures par jour) à la météo, une passion qu’il nourrit depuis l’enfance. « J’ai toujours été intéressé par ce sujet, c’est né au contact de mon père qui était agriculteur près d’Alençon … J’ai eu envie d’en faire mon métier mais la vie en a voulu autrement ». Après cinq ans dans l’armée de l’air, où il était chargé de la maintenance des stations radar puis de l’électronique embarquée à bord des avions de chasse, à Reims, Bernard Trouillet a fait une carrière civile dans l’électronique et l’informatique. Au cours des vingt dernières années de sa vie professionnelle, il a travaillé chez Siemens puis chez Heidelberg (fabricant de presses offset « feuille à feuille »), dans des départements d’arts graphiques (photogravure, prépresse…). « Ma passion était là, mais je n’avais pas trop le temps à cause de déplacements professionnels incessants ».

Une fois à la retraite, Bernard Trouillet a pensé rejoindre les « Veilleurs du temps », réseau qui réunit les observateurs bénévoles de Météo France, « mais il y avait déjà du monde sur Senlis ». Il est donc devenu membre de l’association Infoclimat, après un stage d’une semaine pour compléter ses connaissances. Il s’est équipé d’une station météo, qui domine le toit de son pavillon du quartier de Villevert, au nord de Senlis. Cette station est reliée par radio à un bureau que Bernard Trouillet a installé chez lui, comprenant un enregistreur de données (« data logger »), lui-même branché sur une « box » qui transmet les données en continu à Infoclimat : des données de température, d’humidité, d’hygrométrie, de pluviométrie, de vent (vitesse et direction) ou encore de pression atmosphérique. Bernard Trouillet ne se contente pas de recueillir les données : il travaille sur des modèles de prévision de diverses provenances (américains ou européens), dont il fait des synthèses accessibles à tous. Prévision, climatologie et réchauffement climatique sont les trois sujets qui l’intéressent le plus.

Infoclimat est un partenaire privilégié de Météo France, qui s’appuie de plus en plus, en contexte de restrictions budgétaires, sur les météorologues amateurs. « Grâce aux échanges de données, Infoclimat et Météo-France disposent d’un ensemble d’observations plus riche permettant à chacun d’améliorer son service, en respectant les règles d’accessibilité et droits d’usage de chacun », explique-t-il.

Le réseau Infoclimat rassemble 900 adhérents en France. La moyenne d’âge des adhérents est de 51 ans : ce sont donc plutôt des retraités que des jeunes, et plutôt des hommes que des femmes (32 femmes seulement sur l’ensemble des adhérents). « Il y a des jeunes parmi nous mais ils sont plutôt passionnés par les épisodes spectaculaires comme la neige, les vagues de froid, les orages… ». Infoclimat est souvent sollicité par des institutions ou des entreprises, par exemple dans le secteur du bâtiment (intérêt : prévoir le temps qu’il va faire pour mieux gérer les chantiers). Localement, le CEEBIOS (Centre Européen d’Excellence en Biomimétisme de Senlis) a contacté l’association pour connaître les « degrés jours unifiés » (DJU), qui permettent d’estimer les consommations d’énergie thermique en proportion de la rigueur de l’hiver ou de la chaleur de l’été. Quant au responsable des espaces verts de Senlis, il consulte lui aussi régulièrement les données de Bernard Trouillet pour prévoir ses périodes d’arrosage.

Themes :