Sébastien Toursel, barman entrepreneur

Photographie : Camille Noyon - Texte : Julien Damon
Sebastien Toursel - BATT

Après une enfance passée à Chantilly, Sébastien Toursel, franco-irlandais à l‘énergie débordante, a rapidement pris le large. De Bruxelles à Ibiza, et un peu partout en France, il est parti faire la fête, le DJ et des cocktails. C’est ainsi qu’il est devenu barman. « C’était une expérience de liberté. Et ça permettait de gagner de l’argent, » souligne-t-il. L’ambiance, les relations, les communautés éphémères ou éternelles autour des bars le font vibrer. Le voyage, les changements d’horizons, le sentiment de partir à l’aventure aussi. « Ce qui est bien quand on est barman, c’est que l’on peut travailler un peu partout ».

Chemin faisant, Sébastien découvre sur internet une web série intitulée The Bartender Hates You qui met en scène un barman bourru et décrit à travers lui la vie des bars vue de l’intérieur des comptoirs. L’idée lui plaît, avec tout ce qu’elle comporte de provocation, de caricature et de célébration ironique des heurs et malheurs du métier. Il décide de s’en inspirer pour créer Le Barman Vous Déteste, à la fois site internet, blog et page Facebook, point de ralliement d’une communauté de barmen qui y trouvent à la fois des trucs et astuces, des histoires à partager, des vêtements et des accessoires siglés. Et voilà le barman devenu entrepreneur, à la tête d’une activité de commerce en ligne qui lui permet de vivre de sa passion.

La vie itinérante de barman et l’entrée précoce dans le monde du travail avaient éloigné Sébastien de Senlis, où vivent ses parents. Il y est aujourd’hui revenu pour reprendre ses études. Jusque-là, la scolarité n’avait pas été son fort. « J’ai réussi à avoir mon bac par miracle. Surtout grâce à mon niveau d’anglais ». Une année à l’université de la Sorbonne Nouvelle, à Paris, rapidement occupée par les fêtes, les pubs et les bars plus que par les cours. C’est finalement son projet d’entreprise et l’expérience qu’il en tire qui réveillent l’envie de se former davantage. Sébastien revient au Lycée Saint-Vincent pour un BTS de web marketing. Et cette fois-ci, il s’y investit pour de bon.

Délégué de l’ensemble des BTS, il mène de front ses travaux personnels et l’animation de la vie étudiante. Joignant la pratique à la théorie, il démarche les commerçants locaux pour leur proposer son expertise du monde numérique. « Tout le monde aujourd’hui a besoin d’être sur les réseaux sociaux, » dit-il. Et il sait de quoi il parle, fort de l’expérience acquise en créant et en développant sa communauté, désormais forte de plus de 70.000 membres, autour du « Barman vous déteste ».

En ce moment, Sébastien travaille tout particulièrement pour le salon de tatouage de Senlis. Le tatouage est à la fois une pratique très ancienne, dont on trouve des traces dès l’époque néolithique, un rituel tribal, dans certaines sociétés asiatiques notamment, et depuis quelques années, après une longue période de disgrâce, un phénomène de mode en Occident. 20% des Français seraient aujourd’hui tatoués. « Les tatoueurs peuvent être de très grands artistes, » dit-il. « La communauté des tatoueurs et tatoués mérite d’être valorisée et appréciée plus positivement. » Renouant avec ses racines irlandaises, il a lui-même fait tatouer sur ses bras et sa poitrine des représentations des mythologies nordiques et des sagas islandaises.

Themes :